18 nov. 2016

[Chronique] Celle qui a tous les dons - M. R. Carey

Comme ne le laissent penser ni le titre ni la couverture, Celle qui a tous les dons est un roman post-apocalyptique avec des zombies, et c'est une première lecture de ce genre pour moi. C'est la bande annonce du film britannique The Girl with all the gifts basé sur ce roman (film sorti en septembre au Royaume Uni, mais je ne trouve pas de date de sortie pour la France ou la Belgique ...) et l'avis récent de Tigger Lilly qui m'ont fait ouvrir ce livre. Et c'était une bonne idée !


Mélanie est une petite fille comme les autres enfants de sa classe. Sa vie est réglée par les heures de classe avec différents maîtres et maîtresses. La préférée de Mélanie s'appelle Mademoiselle Justineau, qui a toujours un mot gentil pour chacun d'entre eux -- pas comme le sergent qui les accompagne jusqu'à la salle de classe. Lorsque la classe est terminée, chaque élève est remmené dans sa cellule, où les sangles qui les attachent à leur siège son enfin détachées, jusqu'au lendemain matin. Car ces enfants sont particuliers (bien qu'ils ne pourraient être accueillis chez Miss Peregrine) : s'ils le pouvaient, ils se nourriraient volontiers de la chair fraîche de leurs instituteurs...

L'angle d'attaque de ce roman est assez original : on aborde les personnages du point de vue de Mélanie, touchante fillette qui ne sait pas qu'elle est une affam, comme on les appelle, et appréhende son quotidien en toute naïveté car elle ne connaît que cela : sa cellule, la classe, les instits. Pour elle, c'est l'inconnu derrière la porte au fond du couloir, elle ne connaît du monde extérieur que ce qu'on lui fait apprendre en classe.

Bien sûr on ne reste pas cloîtré dans cet endroit protégé par des barricades, les choses vont dégénérer et nos protagonistes se retrouver lâchés dans une Angleterre abandonnée des hommes mais peuplée d'affams. On s'attache vite aux personnages, on tremble et on a peur pour eux. Seul le personnage de la scientifique froide et bornée, obsédée par ses recherches au mépris du danger m'a semblé un peu stéréotypé.

La survie du petit groupe repose peut être en la petite Mélanie, qui est une affam mais paradoxalement consciente et capable de raisonner tout à fait normalement, ce qui constitue encore un mystère pour les scientifiques toujours à la recherche d'un antidote. Des explications scientifiques sur le phénomène qui a conduit à la situation actuelle se dévoilent petit à petit, ce qui a eu de quoi m'effrayer un peu car ce n'est pas si loin d'être crédible...

Ayant lu très peu de post-apo, je n'ai aucun point de comparaison possible mais en tous cas, je me suis retrouvée bien absorbée dans cette course à la survie. J'ai trouvé intéressant que les zombies ne soient pas seulement des éléments du décor, et que la conclusion du roman parvienne à être aussi effroyable qu'optimiste...

***
Celle qui a tous les dons
M. R. Carey
L'Atalante
Oct. 2014, 448 pages

4 commentaires:

  1. Hiiii, tu l'as lu ! Je suis contente qu'il t'ai plu et cela me conforte dans l'idée que je suis un peu blasée par les codes de la littérature de zombies.
    J'aime bien la notion oxymorique d'"effroyable optimisme" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes ! :-) Je renouvellerais bien l'expérience d'ailleurs : est-ce qu'il y a des classiques du genre que tu conseilles ?

      Supprimer
    2. Moups pardon pas vu ta réponse...

      Walking Dead :D C'est ça qui m'a confrontée le plus au zombie. Sinon il y a la trilogie Feed qui est sympa (chez Bragelonne). En plus il y a des blogueurs dedans.

      Dis, je cherche à te contacter de manière privée pour la lecture commune de Zola avec Alys. Je ne vois pas de formulaire de contact sur ton blog. Il y en a un sur le mien, si tu pouvais me contacter par là pour que je puisse t'envoyer un mail?

      A++

      Supprimer
    3. Je note Feed, merci ! Pour Walking Dead, à voir si je trouve le comic un jour en bibli (j'avais commencé là série mais j'ai décroché vers la saison 3).

      Pour le mail : done ! :)

      Supprimer