15 juin 2016

[Chronique] La Terre bleue de nos souvenirs - Alastair Reynolds

Amatrice de space opera, j'ai déjà lu et adoré le cycle des Inhibiteurs d'Alastair Reynolds, mais cela remonte à un certain nombre d'années déjà. Blue Remembered Earth (La Terre bleue de nos souvenirs) est l'un des derniers romans publiés par l'auteur, premier tome d'une trilogie, et cette lecture ne fait que confirmer qu'Alastair Reynolds figure parmi mes auteurs favoris, et peut être bien premier en liste.

Résumé
2161, la Terre, Kenya.

Au pied du Kilimanjaro, c'est le jour de la dispersion des cendres d'Eunice Akinya. Pionnière du voyage interplanétaire, elle est aussi la fondatrice d'Akinya Space, une société industrielle et commerciale proéminente, qui couvre aussi bien l'exploitation minière d’astéroïdes et iceteroides, que la mise au point de la sarbacane du Kilimanjaro, capable d'envoyer des paquets en orbite en les propulsant dans un tunnel qui débouche près du sommet, guidés ensuite par de puissants lasers.

Geoffrey et Sunday sont deux des petits enfants d'Eunice, qui ont choisi de faire leur vie en dehors d'Akinya Space, au grand dam de leur famille : Geoffrey est chercheur et étudie les éléphants dans le bassin d'Amboseli, Sunday est artiste, établie sur la Lune. Lorsqu'ils tombent sur un indice visiblement laissé par leur grand mère à l'intention de ses descendants, ils sont aspirés dans une aventure qui va les mener, d'indice en indice, de la Lune à Mars, en passant par la ceinture d'astéroïdes. Et leur chemin est semé d’embûches, en commençant par leurs cousins qui dirigent les affaires d'Akinya Space, bien décidés à éviter tout esclandre qui pourrait nuire à l'entreprise familiale...