5 déc. 2015

[Chronique] Les Guerriers du silence - Pierre Bordage

Moi qui adore le space-opera, je n'avais pas encore lu Bordage, il fallait donc que je remédie à cela en commençant par son premier roman, publié en 1993 : Les Guerriers du silence, premier volet de la trilogie qui porte le même nom.

Résumé : Une menace pèse sur la confédération Naflin qui rassemble les systèmes habités par les humains de l'univers connu. Les Scaythes d'Hyponéros, ces êtres au pouvoir psychique qui peut aller jusqu'à tuer par la pensée, fomentent apparemment un plan pour conquérir la confédération, et peut être même pire que cela...
Tixu Oty est un employé de la CILT, l'agence de voyage par dématérialisation, et mène une vie monotone et sans ambition. Il va néanmoins se retrouver mêlé à ces événements un peu par hasard, alors qu'il décide, sans trop savoir pourquoi, d'aider Aphykit, une jeune femme poursuivie, à se téléporter sur une autre planète. Contre toute attente, l'avenir de la confédération se trouve peut être bien entre ses mains, alors qu'il n'a aucunement l'étoffe du héro...

Après quelques chapitres, on se rend effectivement compte que Tixu est le personnage clé de ce roman, car il est peut être le grain de sable qui viendra enrailler la machination des Scaythes. Au fil de son périple pour retrouver Aphykit, on est témoin de sa transformation, au fur et à mesure qu'il prend conscience du rôle qu'il a sans doute à jouer. Cependant, ce rôle d'élu du destin (il pourrait être appelé "the One", mais restons francophone) est parfois utilisé un peu trop facilement pour sortir notre héro de situations délicates, au point que l'on n'éprouve plus aucune crainte pour son sort. Il n'est ainsi pas rare que Tixu se sorte de situations désespérées en suivant simplement son instinct, ou soit sauvé in extremis par un revirement improbable...

En parallèle des périples de Tixu, on suit également le déploiement du complot des Scaythes. On découvre alors d'autres personnages, dont on nous conte le passé, les secrets et les désirs, et qui se retrouvent mêlés de près ou de loin aux événements qui bouleversent le monde connu. Alors que des éléments nous sont généralement donnés pour comprendre la psychologie des personnages, je regrette un peu que le personnage d'Aphykit manque finalement de profondeur. Certaines de ses réactions ne m'ont pas vraiment paru crédibles et sont complètement caricaturées (on a pour seule description sa beauté physique et elle ne manque pas de s'éprendre du premier chevalier venu, bien entendu...) Par ailleurs, il y a un certain nombre de personnages pédophiles (disons deux au moins), ce qui, je l'avoue, m'a un peu troublée, surtout que cela peut passer comme une caricature douteuse (l'un d'eux est notamment le chef de l’Église du Kreuz).

Dans ce premier tome, on découvre aussi un certain nombre de planètes avec leurs modes et leurs codes (comme ces "colancors" imposés par un dogme religieux, sorte de justaucorps qui couvre des pieds à la tête pour ne laisser libre qu'une mèche de cheveux), en passant par les quartiers mafieux de Point Rouge, ou par les mers de Selp Dik, la planète qui abrite le monastère absourate avec ses chevaliers dont le rôle est de maintenir la paix au sein de la confédération. Et l'univers est enrichi par des petits poèmes et surtout des écrits tirés des mythes et légendes de ce monde, intercalés entre les chapitres, qui trouvent généralement une résonance dans le chapitre suivant.

Je ne peux pas terminer cette chronique sans parler du style de Bordage. C'est très bien écrit, peut être trop bien pour moi : je me suis retrouvée assez souvent devant des noms et des adjectifs que je ne connaissais pas, ou en tous cas que je n'emploie pas tous les jours, comme par exemple "tabernacle", que je ne pensais pas rencontrer de sitôt :
Un mois standard plus tôt, il avait reçu un messacode urgent sur son tabernacle personnel : la congrégation des smellas lui annonçait qu'un terrible incendie avait ravagé le palais des assemblées d'Issigor. (Chapitre 3)
Et le vocabulaire n'est pas seulement riche, il est aussi enrichi de nouveaux mots, comme "déremats", ces machines de téléportation (formé de dématérialisation - rematérialisation), ou comme tout un tas de noms de fleurs (mais là, l'intérêt est quand même moindre). Si bien que le premier chapitre peut paraître un peu obscur, car beaucoup de termes inconnus nous sont balancés d'emblée, sans vraiment d'explication (la relecture après coup m'a paru beaucoup plus claire).

Les Guerriers du silence nous conte donc une aventure qui prend place dans un univers riche, riche en planètes, avec leurs modes et leurs codes, et riche en personnages, avec leur passé, leurs secrets et leurs ambitions. Premier tome d'une trilogie, il met en place les personnages et les paysages d'une épopée qui ne fait que commencer. D'un style soutenu, il se lit plutôt agréablement, une fois que l'on s'est habitué au nouveau vocabulaire qui contribue à la richesse de ce monde.

***

Les Guerriers du silence
Pierre Bordage
L'Atalante, 1993, 576 pages

3 commentaires:

  1. Je ne suis pas très fan de Pierre Bordage de base, mais je le retenterai à l'occasion. Celui-ci fait partie des bouquins candidats potentiels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci est bien passé pour moi en tous cas, et je lirai très certainement la suite !

      P.S. : soit je ne suis pas douée, soit l'outil de recherche sur ton blog ne fonctionne pas (je voulais voir un peu ce que tu n'as pas aimé chez Bordage).

      Supprimer
    2. Oups c'est bien moi qui ne suis pas douée ^^' je suis apparemment trop impatiente ou alors je n'ai pas cliqué sur le bouton, juste tapé "entrer"...

      Supprimer